Le « deck investisseur » parfait existe!

Enfin, en théorie, oui!

Bref, qu’il soit long ou court, joli ou moche, data ou market oriented, complet ou non….il y a mille manières de faire un deck, mais il y en a moins d’en faire un bon. Et encore moins de faire ressortir simplement ce que l’investisseur cherche dans sa première lecture.

Ici, on détaille en vidéo quelques unes des erreurs les plus courantes (une vingtaine) des #entrepreneurs en phase de levée de fonds, qui peuvent ne pas laisser la meilleure des impressions, et peuvent accélérer le classement de votre deck vers le bas de la pile, même si vous avez un bon produit, même si vous avez une top équipe et une traction pas trop mauvaise.

La concurrence est rude, très rude!

Parce que l’on a pas toujours le luxe d’avoir deux cartouches à tirer, si vous souhaitez faire relire votre deck avant envoi aux #investisseurs, contactez Rue24 Accélérateur qui pourra vous aider

Lien vers la vidéo pour optimiser son deck investisseur

Quelques erreurs (à mon goût) que l’on voit souvent:
– tout confondre entre pitch deck, executive summary, pitch devant assemblée, business plan, deck one page
– mise en forme dense, complexe, moche
– montrer son désintérêt pour les chiffres, en fournir trop peu
– être trop dans le concept marketing et pas l’analyse business
– ne pas clairement dire ou l’on en est : client, ca, marge…
– ne pas expliciter, détailler, phaser son besoin de financement
– ne pas expliciter son business model, son algorithme de construction de marge
– mal valoriser les compétences de l’équipe
– sur-optimiser son deck
– ne pas formaliser sa valeur ajoutée, sa vision, sa promesse
– ne pas parler ou sous-estimer voire dénigrer ses concurrents
– ne pas expliciter ou trop rapidement le pain point
– laisser trainer des coquilles
– ne pas expliciter et phaser sa stratégie commerciale
– ne pas phaser son développement, ses priorités
– sur ou sous valoriser ses recettes futures
– ne pas citer ses sources, ne pas faciliter le travail de l’analyste
– être trop gourmand sur la valorisation
– manquer d’ambition ou avoir trop d’ambition
– ne pas montrer sa traction