Portrait de Benjamin Riesser, fondateur de Komi Epices

Qui es-tu, quel est ton parcours, ta formation?

Je suis Benjamin Riesser, fondateur de Komi

Ma formation : ESCP Master in Management

Que fait ta société? Que vends-tu?

KOMI, c’est des mélanges d’épices 100 % bio et naturels, dédiés à une cuisine plus simple et plus ludique. Nos produits, élaborés en France, à Valence, vont permettre à tous les ménages français, de cuisiner en moins de 30 minutes, du lundi au dimanche.

Ton site web :

www.komi-epices.com

Quelle est ton innovation? En quoi apportes-tu quelque chose de nouveau sur le marché?

Nous sommes ce complément de gamme, qui n’existe pas encore dans les rayons de nos magasins alimentaires. La cuisine maison est une réalité pour tous les citadins aujourd’hui et nous leur facilitons la tâche, avec des mélanges d’épices fun à utiliser. Nous mettons de côté le traditionnel Tajine ou Curry, on fait entrer de bonnes salades composées ou encore une Bruschetta maison, super simple à réaliser. C’est l’innovation d’usage qui ressort donc : nous allons changer la manière dont nos clients consomment les mélanges d’épices dans leur cuisine de tous les jours.

Peux tu nous donner quelques metrics sur ton activité (audience, CA, communauté, usages, équipe….)?

+2 ans d’existence

+1 an de vente

+150k € de CA

+400 magasins revendeurs

6 personnes dans l’équipe

13 mélanges d’épices différents

2 marques commercialisées (KOMI et SPICY LOVE), etc.

Quels sont tes clients / persona, quel est leur besoin, le «  »pain point » » auquel tu t’adresses? Ton marché?

Nous commercialisons nos produits en ligne auprès de nos clients B2C (online shop, Amazon, etc.). Mais nous réalisons le gros de notre CA avec nos clients B2B (magasins Bio, épicerie, grande distribution classique, etc.).

Nos clients cherchent des alternatives aux marques classiques, par exemple DUCROS ou COOK, qui représentent aujourd’hui 95 % du marché des épices en France. KOMI est une réponse fun et originale.

As tu reçu des financements? en recherche de fonds? en auto-financement?

Nous avons réalisé une première levée de fonds de 200k €.

Sur quels leviers t’appuies tu pour ta croissance?

Notre levier principal est le terrain : la présence terrain, le volet commercial. C’est ce qui pousse les magasins à implanter nos produits.

Quels sont tes objectifs à 3 ans?

Dans 3 ans, nous serons présents, sur les tables à manger de chaque ménage français. Faire cuisiner la France entière, voilà notre véritable ambition.

Quels sont tes plus gros succès et tes plus gros échecs en tant qu’entrepreneur?

Créer une entreprise, seul, être à 2 ans d’existence, faire une première levée de fonds, signer +400 magasins, etc. Tout cela est un ensemble de succès. Des échecs ? Il y en a tous les jours, des gros et des petits. Entreprendre, c’est 1 «  »emmerde » » par jour, mais cela fait partie du métier et il faut trouver des solutions. C’est ça aussi, ce qui rend l’aventure palpitante.

Un message à faire passer, un coup de gueule?

Pas de coup de gueule. La France met à disposition tout un écosystème pour bien entreprendre. Ensuite, cela dépend de nous, de notre envie et capacité à créer l’entreprise !

Dans ton parcours d’entrepreneur, quelles sont les personnes que tu peux remercier?

Je peux remercier mes investisseurs, qui m’ont fait confiance pour ce premier tour de table. C’est un moment clé pour l’entreprise et une décision risquée pour ces nouveaux actionnaires. Mais avant tout, je peux remercier tous nos consommateurs, qui nous font confiance pour twister le goût de tous leurs plats.

Quels sont tes projets dans les cartons? As-tu des lancements en cours (produits, services)?

Nous venons de lancer 3 nouveaux produits et un coffret spécial pour l’été 2022. Il faut encore le vendre et bien le mettre en avant. Ceci étant dit, nous avons des idées pour la période de Noël et nous allons sortir un coffret spécial pour les fêtes d’année.

Quels conseils donnerais tu à d’autres entrepreneurs pour activer leur croissance?

Se frotter au marché. Personne ne viendra te voir pour consommer, acheter ton service / produit. Il faut décrocher son téléphone ou aller sur le terrain, dès le premier jour.

Comment luttes-tu contre l’isolement de l’entrepreneur?

Mon métier me mène sur les routes de France, quasiment 3 semaines par mois. Je ne suis pas spécialement seul et je peux toujours me frotter en direct au marché.

Url d’une vidéo de toi, ton produit, tes équipes?

Ton linkedin, pour ceux qui veulent te contacter

https://www.linkedin.com/in/benjamin-riesser-421a8458/

👉Si vous voyez un moyen de l’aider (réseau, business, financement…)

Que recherches-tu en ce moment? (recrutement, financement, nouveaux marchés, lancement de produit, feedback, distributeurs…)

Nous sommes en train de recruter (toutes les offres sont ici : https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6957334751091245056/ ). De plus, nous en train de mettre le paquet pour décrocher nos premiers contrats avec des centrales d’achat et des grossistes. Pour finir, le sujet d’une nouvelle levée de fonds va revenir sur la table, sachant que nous souhaitons la faire en Q1 2023.